4.-ADDUCTION D’EAU POTABLE DANS LES MAISONS

I.-1893 l’eau potable dans les foyers grâce à sept sources et un réservoir au Bechtal

L’annexion de l’Alsace à l’Allemagne en 1870 marque le début d’une grande période d’investissements. C’est le cas à Strasbourg avec la Neustadt,  c’est le cas à Colmar avec les nouveaux quartiers de la Gare et de la cour d’Appel .A Eguisheim le Maire Sébastien Heinrich lance un grand projet  d’eau courante  dans chaque maison. C’est un projet audacieux fortement contesté par une partie de la population. Les travaux commencent toutefois  le 1er Mai 1893 et sont terminés en octobre de la même année. Eguisheim sera un des tous premiers villages aux alentours de Colmar d’avoir l’eau potable dans les maisons.

Karl Gutmann Directeur d’Ecole rapporte dans sa chronique que les habitants de la Porte Haute n’entendent pas se laisser faire. Ils protestent, excités par Albert Bendelé, un francophile, et le gourmet Edel. Ils font circuler des pétitions contre ce projet et ramassent des signatures. Ceux qui étaient chargés de cette collecte s’appelaient Spiess Joseph,  Zinck Paul,  Baur Louis et Joseph Zinck. Les pétitions sont adressées au directeur d’Arrondissement, le Kreisdirector OTT et au représentant du Gouvernement le Statthalter Von HOHENLOHNE. L’attribution de travaux fut néanmoins accordée le 20 avril 1893.

Cette décision souleva un véritable tollé d’autant que la conduite doit être financée par une augmentation des impôts locaux. La colère contre le Maire et le fonctionnaire d’Etat fut si vive que le dimanche 23 avril 1893 des individus incendient 28 hectares de  la forêt du coté du col de Hohburg dans le vallon de Marbach. Deux jours plus tard, l’après midi du 25 avril, la canalisation qui alimentaient les fontaines du centre ville fut bouchée par des pierres et la plupart des habitants furent obligés de chercher l’eau à la fontaine de la Porte Haute.

Le 26 avril au soir on attendait Monsieur le Maire Heinrich, lequel s’était marié le 11 avril avec une fille de Ribeauvillé, qui revenait de son voyage de noce d’Italie. Les gens de l’Obertor avaient préparé en secret au maire et à sa jeune épouse un concert nocturne de poêles et de chaudrons accompagnés de cris pour lui témoigner leur réprobation. Mais l’épouse du gourmet Edel ne pouvait pas garder le secret. C’est ainsi que  l’adjoint au maire le brigadier Stumpf convoqua le meneur contestataire et lui signifiait qu’il a reçu l’ordre du chef lieu d’Arrondissement d’arrêter le premier qui troublerait  l’ordre public. La démonstration tomba à l’eau….et le Maire put rejoindre son domicile vers minuit.

 

Le 4 mai 1893 à 9H du matin une trentaine d’ouvriers italiens, hébergés au restaurant Paul Meyer, donnent le premier coup de pioche pour le réseau d’eau potable. On commence par extraire la terre pour le grand réservoir situé au Bechtal.

A la fête Dieu le 3 et 4 Juin  1893 la demoiselle Marie Joséphine Baur prédisait que la conduite ne résistera pas longtemps parce que l’on avait trop prié le bon Dieu afin  que celui-ci s’oppose au projet.

 

Le 17 mai  la pose des conduites commence et dure jusqu’au 27 Juillet. Le 28 Août on installe la conduite d’eau à l’Ecole des Garçons.

 

Le 6 octobre a lieu la réception des travaux, vérifiés et acceptés par l’ingénieur Monsieur Elsässer en présence des représentants des eaux et forêts, du maître d’œuvre des travaux Monsieur Brandstetter, de l’entrepreneur l’ingénieur Alberty de Frankfort et du Maire d’Eguisheim Monsieur Heinrich. 

Réservoir de 1893 d’une capacité  totale de 24.000 Litres

(Une grande chambre de 15.000 Litres

 

et une plus petite de 9.000 litres)

Les anciennes conduites en bois d’aunes qui alimentaient les fontaines du village sont toutes remplacées en 1893  par des tuyaux en acier. L’eau potable des sources du Bechtal arrive dès octobre 1893 dans chaque maison du vieux village.

Extérieur d’une des sept sources du Bechtal

Photo Xavier Vonthron

 

Le réservoir de 1893 à coté de la chapelle Regélé était alimenté par sept sources captées en amont dans la forêt du Bechtal.

 

 

 

En 2018 cinq forages sont toujours en fonctionnement et alimentent les deux réservoirs du Bechtal. Les sept sources de 1893 livraient à l’époque 60 litres d’eau à la minute soit 860 Hectolitres par jour.

Intérieur d’une source au Bechtal
Intérieur d’une source au Bechtal

Mais Eguisheim ne cesse de se développer. De nouveaux chantiers sont nécessaire pour assumer l’alimentation en eau. En 1931 l’entreprise Pisdorf d’Allemagne procède à des forages plus profonds des sources du Bechtal et  agrandit  les structures pour améliorer le rendement.

 

J.-1949 Construction d’un réservoir de 240m3 à la Kirchmatt alimenté par les sources du Hagel Berg

 

Après le grand incendie de 1949 rue du rempart Nord la commune décide de construire un nouveau réservoir  à la Kirchmatt.

Le réservoir comprend deux grands  bassins de 120 m3 chacun. Celui de droite est toujours rempli et sert de réserve aux pompiers en cas d’incendie.

 

K.-1952 construction d’un nouveau réservoir de 120 m3 au Bechtal

 

En 1952 on finalise un deuxième réservoir de 120 m3 au Bechtal. Ce bassin offre une réserve supplémentaire d’eau en cas de pénurie. 

L.-1972 Raccordement au réseau d’eau potable provenant du forage de Sundhoffen. Nos propres sources ne desservent plus que les fontaines octogonales.

 

 

Les habitations sont toutes raccordées en 1972 en eau potable par le syndicat intercommunal des Eaux de la Plaine de L’Ill. Le forage se situe dans la forêt du Kastenwald sur la commune de Sundhoffen.( photo de gauche).L’eau captée  à cet endroit directement dans la nappe phréatique, est pompée sur les hauteurs de Herrlisheim Village dans un réservoir de 3000m3 (photo de droite) puis acheminée vers Eguisheim.

Photos Syndicat des Eaux Plaine de L’Ill.

 

M.- 2009 Création d’un point d’eau rue Porte Haute, alimenté par les sources du Bechtal.

 

 

Le nouveau point d’eau crée en 2009 rue Porte Haute vers le vignoble est actuellement la seule conduite alimentée par les sources du Bechtal de 1893. Les cinq fontaines octogonales du village sont quand à elles approvisionnées par le réservoir de la Kirmatt.

Voici donc un travail de mémoire non exhaustif du chemin  pris par  l’eau dans  notre village durant plus de 3 siècles. Malgré les vicissitudes des guerres, l’élément de la vie, l’EAU, a été préservée et bien distribuée dans notre village. Si «l’eau potable coule aujourd’hui de source» le chemin qui permit à chacun d’y accéder fut long et difficile. Sachons préserver cette formidable ressource dont nous avons tant besoin et si bien résumé dans ce proverbe français :

 

« C’est quand le puit est sec que l’eau devient richesse »

 

 

                                                               Léon Baur Janvier 2018